Archives mensuelles : mai 2022

Pontivy ! Du canal à l’autorail…

Pendant que Douarnenez s’éveille doucement,  il est 7h,  Tréboul, Pouldavid, Ploaré et Centre ville, voient se regrouper le Magnolia pour la destination de Pontivy, sur le thème du canal de Nantes à Brest.

A peine 2h de voyage et nous arrivons à Hilvern situé à 15 km au Nord Est de Pontivy et plus précisément à l’écluse n°76.

L’histoire nous est contée par notre Guide, généreux dans sa présentation.

« Le Canal de Nantes à Brest, projet initié par Napoléon 1er en 1804, avait pour objectif historique de relier Nantes aux deux grands ports de guerre bretons : Brest et Lorient.
Le 1er janvier 1842, après des travaux longs et difficiles, le canal de Nantes à Brest ouvre à la navigation sur toute sa longueur, soit 364 km et 238 écluses. Cette voie d’eau joua un rôle de tout premier ordre pour désenclaver la Bretagne et permettre ainsi son essor économique.
Le développement du chemin de fer dès la deuxième partie du 19ème siècle puis l’amélioration du réseau routier marquent déjà le déclin des activités de transport sur le canal.
En 1923, la construction de l’usine hydro-électrique de Guerlédan marque le coup de grâce avec l’impossibilité de relier Nantes à Brest par le canal. Il est officiellement rayé de la nomenclature des voies navigables par décret du 27 juillet 1957 ».

Direction le village de Rohan

Situé à 17 km à l’Est de Pontivy, le village est le lieu d’origine de la famille de Rohan (XIème siècle). Déjà en ruine quand survint la Révolution, le château a aujourd’hui disparu. Il reste bien peu de vestiges de cette période. Néanmoins, la promenade sur les berges du canal nous offre un moment de plénitude verdoyante. 

Nous reprenons l’autocar en direction de Pontivy

Pontivy, cité des Rohan

« Entre le 14ème et le 18ème siècle, elle fut le chef-lieu de l’une des plus puissantes familles de la région : les Rohan. Le château qu’ils firent construire à l’entrée de la ville rappelle encore fièrement le temps de leur splendeur. Sous leur protection s’est développée la ville ancienne ou les charmantes rues du Fil et rue du Pont étaient le cœur économique de la cité ».

Pontivy, cité napoléonienne

« Puis en quelques pas, en entrant dans le quartier sud du centre ville, tout un pan d’histoire inattendu se dévoile : la cité napoléonienne !
Les ruelles du moyen-âge laissent place aux grandes rues impériales pour mettre en valeur les grands projets de l’empereur. Faire de Pontivy un centre militaire en temps de guerre et un pôle économique majeur en temps de paix, tels étaient les desseins de Napoléon 1er en 1802.
Autour de la place d’arme, au centre de la ville nouvelle, rien ne fut laissé au hasard. La caserne, massive, incarne le pouvoir du grand stratège militaire qu’était Bonaparte. Construit selon un style antique épuré et solennel, le tribunal se présente comme un véritable petit palais de justice. Pour compléter ce programme architectural et politique, un seul et même édifice abrite la mairie et la sous-préfecture, montrant aux yeux de tous que Napoléon 1er maîtrisait son empire sous tous les aspects. Ce qui fut le projet d’un homme est également le fruit d’un siècle d’histoire ».
(Source http://www.coeurdebretagne.bzh)

Après cette matinée riche en histoire, il est temps de rejoindre notre restaurant. Une salle agréable et insonorisée nous permet de poursuivre nos échanges, tout cela autour d’un menu soigné et servi par une équipe souriante.

Pour terminer la journée, direction la gare de Pontivy

Le train touristique Napoléon Express a été mis en service en juin 2021 par les bénévoles de l’association des Chemins de Fer du Centre Bretagne (CFCB), sur une ligne qui n’avait pas reçu de voyageurs depuis plus de 50 ans

Le nom du train n’a pas été choisi au hasard. Pontivy, la ville de départ, importante garnison napoléonienne était considérée comme un point stratégique par Napoléon Bonaparte dans son conflit avec les Britanniques. L’Empereur était même allé jusqu’à renommer Pontivy en Napoléonville. Et c’est son neveu, Napoléon III, qui décidera en 1855 de la création de cette ligne de chemin de fer.


L’autorail X3890 construit en 1952 (une belle année … sourire) est surnommé « Picasso » par les cheminots à cause de l’unique cabine de conduite excentrée (kiosque), dont la forme n’est pas en harmonie avec celle de la caisse, ce qui fait penser aux tableaux de visages peints par Pablo Picasso où les yeux et le nez étaient décalés.

Notre chauffeur met à profit sa connaissance des circuits électroniques de l’autorail pour nous transporter à destination de Lambel-Camors.


A chaque panneau de signalisation « S », il siffle son arrivée à l’approche d’un passage à niveau non muni de barrières.

Sur 35 km le long des gorges du Blavet, à une vitesse de 40 km/h les voyageurs profitent du spectacle.

Et pour les amateurs de cyclisme, en bonne place dans l’autorail, nous rencontrons l’enfant du pays : Jean Robic dit « Tête de cuir », vainqueur du 1er tour de France d’après guerre en 1947.

***

Ils avaient le sourire nos gentils organisateurs après cette journée remarquablement organisée.


Texte de Guy Yan. Alain Nozet et Guy pour les photos
France Triffault pour la mise en page

Ça roule pour Vélo loisir !

Créée en début d’année par Claudine, Jacqueline et Jean-Yves, l’activité Vélo Loisir emprunte les petites routes bucoliques de Cornouaille. Une dizaine de cyclos équipés de vélo à assistance électrique se retrouvent chaque vendredi.

Ce vendredi 29 avril, ils participent à leur première rando pique-nique organisée dans les moindres détails. Même le couteau est aux couleurs de la Bretagne !
 

Ils associent gastronomie et tourisme pour le plaisir de chacun. Aujourd’hui, ils ont parcouru 55 km avec la visite du moulin de Tréouzien à Plouhinec.

—–

Bonne route à toutes et à tous.

——

Claudine Duchenne (photos)  –  Guy Yan (texte) –
France Triffault pour la mise en page

Randos d’avril

Randos du Jeudi – 5-6 km

Kerlaz 7 avril
20 pèlerins pour ce périple à la grotte de Kervel et sa cascade miraculeuse.  Un bel après-midi loin du mauvais temps  prévu.

Penmarch 14 avril                                                                   Chapelle N/Dame de la Joie
17 Penn Sardin -ou assimilé(e)s- ont quitté leur cité radieuse sous un soleil caniculaire pour envahir le pays bigouden. Hélas, mille fois hélas, Penmarc’h se voila de grisailles afin qu’ils retournent dare dare chez eux…
A leur retour, Phébus de ses ardents rayons leur pardonna cette honteuse escapade.
Enfin bref, on était content d’être revenu chez nous !

Port-Launay – 28 avril
Buenos dias, veinte caballeros y damas ont tenté de rejoindre San Sébastian par le Rio de l’Aulne. Malgré la chaleur, les fortes déclinaisons et les effondrements, tout le monde est arrivé à bon port. Hourra, paella et sangria à volonté.

Jean-Michel Lefebvre  texte et photos

Randos du mardi – 9-10km

Pointe du Millier  – A découvrir au cours de la balade,  le phare du Millier, le bateau de pierre et la chapelle de St-Conogan, l’allée couverte de Kerbalannec 

Anse de Tréfeuntec

Anse de Tréfeuntec à travers les dunes de Ste-Anne la Palud  
Un peu de plage à marée basse, sable dur, une petite grimpette de dune, le tout ponctué des ascensions musicales des alouettes printanières, un peu de bitume, inévitable hélas, et final par le côtier de la pointe de Tréfeuntec jusqu’à l’anse du même nom.
9 km, 200 m de dénivelé cumulé, 3 ou 4 passages délicats très courts, le tout praticable sans problème avec l’esprit d’entraide qui caractérise notre association !

Luc Hinterseber (Texte) – Herveline Monfort (photos)

Randos du vendredi – 7-8 km

Cast et le bois de St-Gildas – 1er avril 

Landudec – 15 avril – circuit du Gouret  

Pouldreuzic – 22 avril –  circuit des menhirs,
circuit de St-Kodelig ramené à 7,5km
Avec Pierre-Jakez Hélias, sur les pas du “Cheval d’orgueil” avec les panneauxd’interprétation 

Telgruc s/Mer – 29 avril  –
Entre la grève de Porslous et la plage de Trez-Bellec

Les falaises de Telgruc

Après une petite pause
c’est reparti !

Pascale Riou et Véronique Joncour pour les photos
France Triffault
pour la mise en page