A l’assaut des cochons grillés !!

Carton plein pour “Le Magnolia” ! Trois Cars de tourisme sont nécessaires pour emmener en toute sécurité les 150 convives à l’auberge emblématique “Ty Glaz”, plus communément appelée “Au Cochon Grillé”. Cette auberge, située à Saint Nic, accueille des groupes depuis 1979.

A notre arrivée, l’aubergiste Christine nous souhaite la bienvenue et nous présente l’organisation. Un peu de temps pour se dire bonjour, s’embrasser ou tout simplement faire connaissance.

Précédé par Christine et son équipe, arrive un défilé de tables garnies d’entrées variées et alléchantes. Ce buffet campagnard comble les estomacs qui commencent à crier famine. Il est 13 h 15.

Avant de passer à table, quelques Madison, valse, java et autres danses facilitent une digestion express avant d’attaquer le cochon grillé tant attendu. Il est 14h00.

14 h 30 Le moment est venu de passer à table. Où me mets-je ? Là, une place !

Tout le monde est placé, le compte à rebours est déclenché : tic, tac, tic, tac ..

En coulisse, les cuistots s’activent. Le stress est à son comble … Ils sont attendus les bougres !

Les voilà ! Les convives se lèvent pour mieux voir la bête (le cochon). Surprise, ils sont deux et bien dodus. Les Cuistots, tout heureux, reçoivent une embrassade de toutes les dames.

Qui sera le champion des 12 coups de midi ?

Sur un air de “C’est à Douarnenez, Que l’on pêche la sardine ….” que “tournent, tournent les serviettes ….”

Ah, tout est bon dans le cochon !

Wouah ! Déjà 17h00 ; juste le temps de quelques danses

Arrive le moment tant redouté de se quitter, en chantant 

“Kenavo, comme on dit chez moi
Kenavo, on se reverra
Kenavo, comment oublier ça ?
Kenavo, je repasserai par-là”

(Chantée par Gérard Jaffrès)

Ah, j’allais oublier la réponse des 12 coups de midi !

Mais c’est…. Jeannine !!

Merci à tous les participants, vous offrez une bien belle récompense aux organisateurs de cette journée festive.

Alain Nozet et Guy Yan (photos et texte) –Marie-Joëlle Brigant pour la mise en page